sábado, 17 de diciembre de 2011


Consécration d'une église orthodoxe à Barcelone


Le 4 décembre 2011, fête de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple selon le calendrier julien, la communauté orthodoxe du diocèse de Chersonèse à Barcelone a célébré la dédicace de sa nouvelle église de l'Annonciation qui a été mise à sa disposition par l'archidiocèse catholique local.

La divine liturgie et la petite bénédiction de l'église - entièrement restaurée - ont été célébrées par l'archevêque Marc d'Egorievsk, administrateur des établissements du patriarcat de Moscou à l'étranger, et par l'évêque Nestor de Chersonèse.

Le cardinal Luis Martinez Sistach, archevêque de Barcelone, a participé aux festivités, ainsi que le consul général de Russie dans la ville A. Akhanov et des représentants de la municipalité.

L'album de photographies se trouve à cette page.
Dimanche 11 Décembre 2011

L'évêque Nestor de Chersonèse a rendu visite au monastère de Dompierre en Suisse


Le samedi 10 décembre, l’évêque Nestor de Chersonèse a effectué sa première visite pastorale au monastère Sainte-Trinité de Dompierre (Suisse). A l’issue de la divine liturgie, il a honoré d’une « grammata » plusieurs personnes en témoignage de gratitude pour de longues années de service dévoué. Puis il s’est entretenu avec les paroissiens et a visité les lieux.

Après un office des défunts chanté sur la tombe du fondateur, l’archevêque Séraphin (Rodionoff), il a encore visité la maison du Bon Samaritain et sa chapelle à Payerne. Cette oeuvre au service des malades constitue la principale obédience de la communauté.
Lundi 12 Décembre 2011

jueves, 15 de diciembre de 2011



PARROQUIA ORTODOXA EN ALICANTE.-

PATRIARCADO DE MOSCÙ.-

C/ Tato, 6.- 03005 ALICANTE. Muy cerca de la RENFE.-




DOMINGO 18 DE DICIEMBRE :

10 h. Utrenie, Horas Tercia y Sexta.-

10, 30 h. DIVINA LITURGIA (Misa).-

FESTIVIDAD DE SAN NICOLÀS( NIKOLAI ).-

Acatistos (Akafist) y Moleben a San Nicolàs.

ÀGAPE o Desayuno parroquial a las 12, 30 h.



¡ TODOS MUY BIENVENIDOS A TODAS LAS ACTIVIDADES ¡





NOTICIAS DE LAS PARROQUIAS DE ALICANTE Y ELCHE :




- DONATIVO ANÒNIMO o PRIVADO : Gracias a esto estamos repartiendo

ALIMENTOS ESPECIALES, consistentes en, DULCES, POSTRES, BATIDOS,

CHOCOLATE, CAFÈ, ZUMOS etc., etc.



CESTAS o LOTES DE NAVIDAD: Entre los NECESITADOS vamos a empezar

a repartir en 2 fases : !ª FASE para los que celebran la NAVIDAD el 25 de Diciembre;

2ª Fase: para los que la celebran el 7 DE ENERO del 2012.



INDIGENTES o personas QUE DUERMEN EN LA CALLE, a los cuales tambièn

ofrecemos nuestro RESPETO, AFECTO y nuestra AYUDA MATERIAL, hay varios

INDIGENTES a los cuales ayudamos.-





Si Usted puede y quiere puede ENVIAR SU DONATIVO, aunque sea pequeño:



BANCAJA / BANCAIXA

PATRIARCADO DE MOSCÙ/ IGLESIA ORTODOXA RUSA


2077 0410 17 1101506441



TAMBIÈN PUEDE ENTREGAR SU DONATIVO :

Al Rector: padre Osios - 600.789. 941.-

Al Tesorero de la Parroquia: Sr. Ricardo B.-






¡ LES DESEO UNA FELIZ NAVIDAD Y UN AÑO NUEVO CON SALUD Y PROSPERIDAD ¡



Su humilde servidor,


protoierey Osios +





domingo, 11 de diciembre de 2011

CARTA A UN CATÒLICO ROMANO

Querido Pedro:

Quiero continuar con la explicación de mi postura por lo que se refiere a mi opción eclesial. Es el tema clásico de cuál es la “Iglesia verdadera”, tema que angustiaba por ejemplo a José Smith, fundador de los mormones, y que él resolvió mediante nuevas revelaciones de ángeles y nuevos libros sagrados… Por mi parte, entiendo que “Iglesia verdadera” es aquella que se relativiza a sí misma, que se ve a sí misma como instrumento para acercar el Reino de Dios, entendiendo que el Reino de Dios se nos da a las personas, antes del final de los tiempos, en la fe en Cristo, una fe que propicia una efectiva transformación moral. En este sentido puede decirse que lo esencial de la Iglesia es invisible: la Iglesia invisible es la comunidad de todos aquellos que buscan el bien y que disfrutan de la Gracia. Ahora bien, hay también unos elementos externos y visibles, no despreciables, pero sí secundarios, que poseen un valor instrumental:

- La fidelidad a la Tradición, dentro de la que se incluyen, como núcleo normativo de ella, los libros de la Escritura.

- Los sacramentos, particularmente el Bautismo y la Eucaristía.

- El ministerio, especialmente el ministerio apostólico del episcopado, como garante de la Tradición y administrador de los sacramentos.

Todos estos elementos nos vinculan históricamente con Cristo porque, poseyéndolos hasta hoy, enlazan con lo que el Cristo histórico expresó o hizo. Y aquí, atendiendo a estos elementos, es donde podemos hacer un examen de las diferentes tradiciones eclesiales, porque si atendiéramos a lo invisible, al estar esto fuera de lo observable, no podríamos discernir. (Hay creyentes que se esfuerzan por el bien en todas las tradiciones eclesiales y aun fuera de todas ellas. Y Dios conoce los corazones…)

Desde ese punto de vista externo, el único a nuestro alcance, podemos decir que el protestantismo es deficiente, pues ha perdido alguno de esos elementos históricos. Sin embargo, acierta en lo esencial, al mostrarnos la importancia decisiva de lo invisible y al criticar las tradiciones eclesiales que se endurecen de modo que llegan a convertirse en obstáculos de la Gracia antes que en cauce de la misma. Por otro lado, un error fundamental de ellos es desvincular la Escritura de aquella Tradición eclesial dentro de la que brota y aun de todo aquello que pertenece a su contexto y que por eso mismo podría ayudar a entenderla mejor. A pesar de esa derivación indeseable que es el fundamentalismo bíblico, la tendencia protestante representa un esfuerzo de vigilancia y de purificación siempre necesario, de modo que yo no dudaría en afirmar que todo verdadero creyente ha de ser un tanto “protestante”. Por supuesto, siempre hay que empezar a “protestar” contra uno mismo (para descubrir la viga).

La ortodoxia posee todos esos elementos eclesiales, envueltos, eso sí, en un ropaje cultural contingente, que podrá gustar más o menos, pues se ha desarrollado en unas circunstancias históricas concretas e incluso bastante limitantes. Tampoco creo yo que la ortodoxia sea sin más, como algunos apologistas pretenden, el cristianismo “puro” u “original”.

En cuanto al catolicismo posee también esos elementos… y se pasa. Aparte de un juridicismo asfixiante, que aún podría considerarse como una decantación legítima, herencia sin duda del riguroso derecho romano, lo que distingue al catolicismo es el papado, haciendo que pueda denominarse justamente “catolicismo romano”. Históricamente se puede examinar la relación de continuidad o no continuidad que hay entre la institución del papado y el ministerio petrino del propio Pedro y de los primeros obispos de Roma. Aun concediendo que hubiera una cierta continuidad, el papado es una institución que se fue configurando en una etapa tardía – no arranca de los mismos orígenes – y en una parte de la Iglesia – en Oriente nunca fue aceptada -. Las circunstancias históricas que lo hicieron posible son comprensibles: tal vez una centralización total de la vida eclesial en torno a la figura del Papa es un mal menor que el que cada iglesia dependa de las autoridades civiles (reyes, nobles, etc.). Lo cierto es que al Papa se le han ido añadiendo una serie de prerrogativas que no tienen justificación evangélica. Su pretensión de jurisdicción universal no tiene apoyo en la tradición común, a no ser que se entendiera como un mero primado de honor. Los títulos rimbombantes que se le han añadido lo han colocado en una posición entre el cielo y la tierra, como representante de Dios, lo que resulta ridículo. Por eso que ha habido quien lo ha identificado con el “anticristo”. No sería “anticristo” como potencia contraria a Él, según lo que denota el prefijo castellano “anti-”, sino que lo sería según el significado más amplio de la preposición griega “antí”, que puede equivaler a “delante” o “en lugar de”. Sería entonces como una mediación secundaria que consigue oscurecer, tapar de algún modo, la mediación fundamental.

¿Por qué dices que estoy “separado” de la Iglesia o que la Iglesia ortodoxa está separada de la comunión eclesial plena? Evidentemente, por no aceptar esa jurisdicción del obispo romano. Al final, el tragar esa rueda de molino que es el Papa se ha convertido en el elemento decisivo, aquel que decide si alguien está con Cristo o contra Cristo. Al Papa lo considero hermano en Cristo y aun hermano mayor. ¿Te parece poco? A mí no. Cristo habla de que hay un solo Padre y que todos nosotros somos hermanos. Estoy dispuesto a reconocer que la veneración del Papa es un “bien salvífico”, en cuanto que a muchos les sirve, a lo que parece, para acercarse a Dios. Pero sería un “bien salvífico” entre otros muchos posibles, y perteneciendo todos ellos a lo que he llamado el orden externo, el de los medios. Lo que sirve a muchos puede ser para otros incluso un estorbo.

Te insisto en que no identifico la ortodoxia con la verdad sin más. También la ortodoxia ha adquirido una rigidez confesional, ha creado sus propias mediaciones. La ortodoxia tiene también sus fanáticos, que suelen ser “conversos” del catolicismo o del protestantismo, y que se erigen como nefastos representantes de ella, y con los que incluso tengo que batirme, pues “los enemigos del hombre serán los de su propia casa”. Lo dejo aquí. Mi adhesión a la ortodoxia, como a otras muchas cosas, es revisable. Siempre que queda vida, se pueden ver otras cosas que no se han visto antes. Pero creo que estoy en la mejor opción. Como no es una opción excluyente, si algo solicita de los demás es sólo la atención para que reflexionen tal vez sobre lo que es más y lo que es menos importante, para comprender que hay una cierta complementariedad entre las iglesias y que hemos de ir al encuentro de los otros con una profunda “simpatía”. Como no soy un converso está claro –algunas cosas sí están claras– que a nadie voy a convertir. Después de esta explicación un poco más amplia tal vez entiendas por qué te dije que sigo trabajando por la unidad, aunque te resultara chocante cuando lo leíste. Un abrazo en la búsqueda común de la verdad y en Cristo, en quien yo también pienso que está la verdad y la unidad consumadas, aunque aún no se hayan manifestado éstas plenamente.

GREGORIO

BENDICIÒN PRIMERA PIEDRA DE LA IGLESIA ORTODOXA RUSA EN MADRID.






martes, 6 de diciembre de 2011

Visite au séminaire du cardinal Roger Etchegaray



Visite au séminaire du cardinal Roger Etchegaray
Le cardinal Roger Etchegaray, vice-doyen du Collège des cardinaux, archevêque émérite de Marseille, membre de l'Institut de France, a rendu visite le 2 décembre 2011 au Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart. Le cardinal a assisté aux vêpres, ainsi qu'au dîner qui a réuni les séminaristes et des formateurs du séminaire.

S'adressant au cardinal à la fin des vêpres, le hiéromoine Alexandre Siniakov, recteur du séminaire, l'a remercié pour son amitié indéfectible envers la communauté orthodoxe russe en France, pour son fidèle soutien au projet de formation en France des séminaristes orthodoxes.

S'adressant à la communauté du séminaire au début du repas commun, le cardinal Etchegaray partagé ses souvenirs des rencontres avec le patriarche Alexis de Moscou, de ses fréquentes visites en Russie, de ses liens avec les autres Eglises orthodoxes. Il a salué chacun des séminaristes et leur a souhaité l'aide du Seigneur dans leur formation dont l'objectif est de servir plus efficacement l'Eglise du Christ.
Samedi 3 Décembre 2011
Séminaire Russe

Le choeur du Séminaire a participé aux vêpres orthodoxes de la Saint Denis à Notre-Dame de Paris



Le choeur du Séminaire a participé aux vêpres orthodoxes de la Saint Denis à Notre-Dame de Paris
A l'invitation de la métropole orthodoxe grecque en France, le choeur du Séminaire a participé aux vêpres qui ont été célébrées le dimanche 9 octobre 2011, fête de saint Denis selon le calendrier en usage dans l'Eglise latine, à la cathédrale Notre-Dame de Paris par le métropolite Emmanuel (patriarcat de Constantinople), président de l'Assemblée des évêques orthodoxes en France.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a assisté à la célébration. Il a rappelé, au début des vêpres, que la tradition de célébrer des vêpres orthodoxes à Notre-Dame pour la fête de saint Denis, premier évêque de Paris, remonte à quelques années. Inaugurée par le cardinal Lustiger, cette tradition crée un lien fort entre les orthodoxes et les catholiques de Paris.

Le métropolite Emmanuel était entouré, pendant la célébration, par le hiéromoine Alexandre Siniakov, recteur du Séminaire orthodoxe russe en France, et un prêtre de la paroisse orthodoxe serbe de Paris.


L'album de photographies se trouve à cette page.

sábado, 3 de diciembre de 2011


Le recteur de l'académie de théologie de Moscou a rendu visite au Séminaire orthodoxe russe en France


L'archevêque Eugène de Véréia, recteur de l'académie de théologie et du séminaire de Moscou, président du Comité pédagogique de l’Église orthodoxe russe, a rendu visite au Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart le 28 et le 29 novembre 2011. Mgr Eugène y était accueilli par l'évêque Nestor de Chersonèse et le recteur du séminaire, le hiéromoine Alexandre Siniakov. L'archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l'institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris, a participé au déjeuner donné en l'honneur de Mgr Eugène.

L'archevêque Eugène et l'évêque Nestor ont assisté le lundi 28 novembre aux vêpres dans la chapelle du séminaire. Avant l'office, Mgr Eugène a visité les locaux et le parc du séminaire. Après les vêpres, il a rencontré la direction et les étudiants du séminaire. Au début de cette rencontre, le hiéromoine Alexandre a présenté à Mgr Eugène chacun des séminaristes, l'activité et les spécificités de la jeune école; il a souligné l'importance que le séminaire accorde aux liens étroits avec le Comité pédagogique du patriarcat de Moscou, dont relèvent les séminaires.

L'archevêque Eugène a longuement présenté aux séminaristes la réforme de la formation du clergé, réforme actuellement menée dans l'Eglise orthodoxe russe. Il a souligné la signification de l'ouverture d'un séminaire orthodoxe russe en Europe occidentale pour l'avenir de la diaspora orthodoxe et pour les liens entre la formation théologique en Russie et en Occident. Mgr Eugène a répondu également aux question des séminaristes.

Mgr Nestor a conclu la rencontre en remerciant Mgr Eugène de sa visite au séminaire. Cette visite est un événement important dans la vie du séminaire. Il a rappelé également le rôle personnel de Mgr Eugène dans la renaissance de la formation religieuse en Russie au cours des vingt dernières années.
Mercredi 30 Novembre 2011

Construction d'une église en bois dans le parc du Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart


Le Séminaire orthodoxe russe en France, désormais installé définitivement dans la Maison Sainte-Geneviève à Epinay-sous-Sénart, près de Paris, s'apprête à recevoir de Russie une belle église en bois, typique de l’architecture orthodoxe, et de l’ériger dans le parc du séminaire. Cette église, lieu de prière pour les séminaristes, sera ouverte à tous pour les liturgies, notamment dominicales. Première église en bois de tradition russe dans la région parisienne, elle s’inscrira parfaitement dans ce parc boisé du séminaire, planté d’arbres centenaires.

L’église elle-même, dont la structure est présentée schématiquement ci-contre (d'autres images se trouvent à cette page), est offerte au séminaire par un groupe d’entrepreneurs orthodoxes du diocèse de Tver (Russie) : elle est déjà prête et sera prochainement démontée pour être transportée en France. La mairie d’Epinay-sous-Sénart vient de délivrer le permis de construire. Il ne nous reste plus qu’à préparer les fondations sur lesquelles cette église, dédiée à la Nativité de la Mère de Dieu, sera remontée.

La construction des fondations - seul aspect de cette construction à la charge du diocèse de Chersonèse - demande un investissement que le diocèse et le séminaire ne sauraient assumer à eux seuls, sans le soutien des fidèles chrétiens. Nous nous adressons, en toute simplicité, à toutes les personnes de bonne volonté pour les prier d'apporter une contribution à ce magnifique projet. Aussi modeste qu'elle soit, votre contribution nous sera très précieuse.

Nous comptons beaucoup sur la solidarité des fidèles et des amis de l'Eglise orthodoxe en France. A chaque liturgie, nous prions pour les « bienfaiteurs des saintes églises de Dieu » : vous figurerez parmi eux, en nous soutenant dans ce projet unique en son genre. Le nom de tous les donateurs qui participeront à cette construction, sera gravé sur une plaque qui figurera dans cette église.

Pour plus d'information, écrivez-nous à accueil@seminaria.fr ou à notre adresse postale:

Séminaire orthodoxe russe
4, rue Sainte-Geneviève
91860 Epinay-sous-Sénart.
Lundi 28 Novembre 2011

sábado, 26 de noviembre de 2011


Le pape Benoît XVI reçoit les membres du forum orthodoxe-catholique


Comme l'annonce le site du Département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, le 23 novembre 2011, le pape Benoît XVI a reçu les participants du II Forum orthodoxe-catholique qui s’était réuni sur l’île de Rhodes (Grèce) du 18 au 22 octobre 2010 autour du thème des relations entre l’Église et l’Etat suivant une perspective historique et théologique.

Parmi les participants orthodoxes de la rencontre figuraient le métropolite Gennadios de Sasimes (Patriarcat de Constantinople), le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou et le métropolite Chrysostome de Messine (Église orthodoxe de Grèce). Les membres catholiques de la rencontre étaient présentés par le président du Conseil des conférences épiscopales d’Europe, le cardinal Péter Erdo, archevêque de d’Esztergom-Budapest.

Au cours de la rencontre, le métropolite Hilarion, en visite à Rome à l’occasion de la réunion du Comité de coordination de la Commission théologique mixte catholique-orthodoxe, a transmis au pape Benoît XVI les salutations du patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie.

Au nom des membres de la rencontre, le cardinal Erdo a remis au Pape les actes du II Forum orthodoxe-catholique.
Jeudi 24 Novembre 2011

jueves, 24 de noviembre de 2011


Le comité de coordination de la Commission théologique orthodoxe-catholique siège actuellement à Rome


Le comité de coordination de la Commission internationale mixte pour le dialogue théologique entre les Églises orthodoxes et l’Église catholique romaine s'est réuni à Rome le 22 novembre. Il siègera jusqu'au 25 novembre.

Le comité est présidé par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, et le métropolite Jean Zizioulas (patriarcat de Constantinople). L’Église orthodoxe russe y est représentée par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, président du Département des relations extérieures et de la Commission théologique synodale du patriarcat de Moscou.

Dans son discours, Mgr Hilarion a d'ailleurs exprimé le souhait que la Commission mixte catholique-orthodoxe revienne à la discussion sur la question de l'uniatisme; ce retour, rappelle-t-il, avait été programmé à la reprise du travail de la Commission il y a quatre ans. Il a proposé également de préciser la méthodologie du travail sur le document consacré à la primauté de l'Evêque de Rome, travail mené actuellement par la Commission. Il est nécessaire, selon le métropolite, d'accorder une plus grande attention à l'histoire des controverses sur ce sujet entre l'Orient et l'Occident chrétiens.
Mercredi 23 Novembre 2011

Assemblée générale des Amis du monastère Sainte-Trinité de Dompierre (Suisse)


Le samedi 19 novembre s’est tenue l’assemblée générale ordinaire de l’association des amis du monastère Sainte-Trinité de Dompierre (Suisse).

Outre les questions statutaires habituelles, l’assemblée s’est penchée sur les différentes actions menées par l’association pour venir en aide matériellement au monastère. On peut relever en particulier la vente d’huile d’olive bio provenant du monastère de Chrysopighi en Crète. C’est un bel exemple d’une action qui non seulement profite aux deux monastères mais qui crée des liens spirituels forts entre eux.

Après une collation offerte par la communauté, l’après-midi s’est achevée par les vêpres dans uns atmosphère des plus recueillies.
Mardi 22 Novembre 2011

Monastère de la Sainte-Trinité à Dompierre



Monastère de la Sainte-Trinité à Dompierre
Adresse: Monastère Sainte-Trinité - 1682 Dompierre

Supérieur: archimandrite Martin (de Caflisch).

Renseignements: tél. 026 652.17.08, courrier électronique

Les offices sont célébrés principalement en français et en slavon. Pour les horaires, se renseigner par téléphone.

Pour soutenir le monastère:

Association des Amis du Monastère de la Sainte Trinité
CH - 1682 DOMPIERRE 0041(0)26 652 17 08
Compte n° IBAN CH88 0900 0000 1726 4333 3 - BIC : POFICHBE

martes, 22 de noviembre de 2011


Les primats des Eglises de Géorgie, de Pologne, de Tchéquie et de Slovaquie en visite au patriarcat de Moscou


Les délégations des Eglises orthodoxes locales participeront le dimanche 20 novembre 2011 aux festivités à la cathédrale Christ-Sauveur de Moscou à l'occasion du 65e anniversaire du patriarche Cyrille.

Le patriarche Elie de Géorgie, le métropolite Sabba de Varsovie et l'archevêque Christophe de Prague se sont rendus à Moscou. Le samedi 19 novembre ils ont concélébré les vigiles dominicales avec patriarche Cyrille dans la cathédrale Christ-Sauveur qui accueillait la relique de la ceinture de la Vierge Marie, venue du monastère athonite de Vatopédi.

Des évêques des Eglises orthodoxes de Roumanie et de Bulgarie, ainsi que de très nombreux évêques de l'Eglise russe, dont l'évêque Nestor de Chersonèse, ont également pris part aux vigiles et seront aux côtés du patriarche Cyrille le dimanche 20 novembre.
Samedi 19 Novembre 2011

miércoles, 9 de noviembre de 2011


Mgr Nestor a béni la coupole et la croix pour l'église orthodoxe à Ravenne


Au cours de sa visite du 29 au 30 octobre 2011 à Bologne et à Ravenne, Mgr Nestor y a rencontré le clergé et les communautés de l'Eglise orthodoxe russe. Le 29 octobre, il a assisté aux vigiles dans la paroisse Saint-Basile à Bologne. A la fin de la célébration, il a félicité le recteur de la paroisse, l'archimandrite Marc Davitti, pour le 40e anniversaire de son ordination et lui a remis l'ordre de Saint-Daniel.

Le dimanche 30 octobre, Mgr Nestor a présidé la divine liturgie dans la paroisse de la Protection de la Mère de Dieu à Ravenne. Après la liturgie, il a béni la coupole et la croix qui seront érigées au dessus de l'église, mise à la disposition de la communauté orthodoxe par le diocèse catholique de Ravenne. Cette église, construite en 1435, est décorée de fresques baroques d'un artiste local. Elle est utilisée par la communauté orthodoxe depuis 1973.

jueves, 3 de noviembre de 2011


Une Maison des étudiants russes s'est ouverte à l'Université catholique de Fribourg


Comme l'annonce le site du Département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, le 28 octobre 2011, le métropolite Hilarion de Volokolamsk a présidé la cérémonie d’ouverture solennelle de la Maison des étudiants orthodoxes près l’Université catholique de Fribourg (Suisse).

Prenaient part à l’évènement l’archevêque Diego Causero, nonce apostolique en Confédération helvétique, le père Guido Vergauwen, recteur de l’Université catholique de Fribourg, le professeur Mariano Delgado, doyen de la Faculté de théologie, Barbara Hallensleben, professeur de théologie dogmatique, les professeurs et les étudiants de l’Université.

Une courte prière a été dite la matin dans la chapelle.

Une rencontre avec Mgr Hilarion a ensuite eu lieu pendant le déjeuner. Le métropolite a parlé aux convives des difficultés et des perspectives du dialogue orthodoxe-catholique, répondant aux nombreuses questions. Au cours de l’entretien a été évoquée la perspective de fondation d’une paroisse du Patriarcat de Moscou à Fribourg, qui deviendrait un lieu de rencontre pour les étudiants orthodoxes, aussi bien que pour la communauté russe locale.

La veille, le président du DREE avait prononcé une conférence sur le dialogue orthodoxe-catholique devant les étudiants de la faculté de théologie. Il s’était également exprimé devant les étudiants de la faculté de slavistique et des pays d’Europe de l’Est.

Le même jour, le métropolite Hilarion s’est entretenu personnellement avec le recteur de l’Université et le doyen de la faculté de théologie.
Dimanche 30 Octobre 2011

La paroisse francophone de l'Eglise orthodoxe russe à Paris célèbre le 75e anniversaire de sa fondation


Le dimanche 23 octobre, l'évêque Nestor de Chersonèse s'est rendu à la paroisse Notre-Dame-Joie-des-Affligés-Sainte-Geneviève (rue Saint-Victor) à Paris pour y célébrer la divine liturgie, entouré du clergé de la paroisse et de nombreux fidèles. C'était la première visite canonique de Mgr Nestor dans cette paroisse depuis sa nomination comme évêque de Chersonèse.

Ce jour-là, cette paroisse francophone du patriarcat de Moscou célébrait le 75e anniversaire de sa fondation. L'histoire passionnante de cette paroisse est décrite par le père Nicolas Lossky sur le site internet de la communauté.

Au cours de la liturgie Mgr Nestor a conféré l'ordination au sous-diaconat à Emmanuel Astier.

Dans son homélie l'évêque a souligné l'importance pour la mission orthodoxe d'avoir, au centre de Paris, une communauté vivante qui célèbre sa liturgie en français, faisant découvrir ainsi la richesse de la tradition liturgique orientale.

Après la célébration, Mgr Nestor a partagé un repas avec le clergé et les paroissiens.
Mercredi 26 Octobre 2011

Une nouvelle iconostase installée dans la chapelle du Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart


Une iconostase en bois, réalisée dans les ateliers de la laure Trinité-Saint-Serge près de Moscou, a été livrée au Séminaire orthodoxe russe à Epinay-sous-Sénart début octobre et installée par des artistes venus de Russie.

L'iconostase comprend deux niveaux. Les icônes qui lui sont destinées sont en train d'être réalisées et arriveront au séminaire pour les fêtes de Noël.

Vous pouvez regarder les photographies de la nouvelle iconostase sur le site du séminaire.

jueves, 27 de octubre de 2011


“Al llegar y ver la gracia de Dios, se regocijó.”

Así es como San Lucas nos cuenta, en el libro de los Hechos de los Apóstoles (11, 23), la reacción que tuvo Bernabé al ser enviado de Jerusalén a Antioquía y comprobar que a algunos griegos se les había anunciado a Cristo y se habían convertido a Él. Dios, una vez más, había roto los esquemas humanos. Lo cual no es de extrañar desde el momento en que, ya reflexionando humanamente sobre la capacidad humana de conocer, nos damos cuenta de la provisionalidad de cualquier esquema que queramos hacernos de las cosas. Necesitamos esos esquemas pero hemos de estar, si queremos ser fieles a la verdad, permanentemente dispuestos a reformarlos y reformularlos. También ocurre así, y con mayor motivo, con las cosas de Dios: quiero decir, cuando Dios se nos manifiesta a los seres humanos. La historia de la Salvación es una historia de sorpresas. Sorpresas para todos. Aquellos griegos que fueron evangelizados y aceptaron la Buena Noticia tendrían seguramente alguna noción de la divinidad, de acuerdo con su cultura, que sería para ellos punto de apoyo, pero no tenían en cambio las profecías judías que hablaban de un Profeta o un Mesías futuro. Pero tuvieron que admitir que Dios puede enviar a alguien, y ellos, en su propia lengua, lo llamaron “Christós”. Por otro lado, los judíos tenían su Ley y estaban educados en las profecías y en la espera de un Mesías, pero no se imaginaban que pudiera establecerse una nueva igualdad entre ellos como pueblo elegido y los que no pertenecían a ese pueblo. Además, como oí decir a un profesor de teología navarro, J. A. Sayés, con su modo de hablar tan coloquial, tan gráfico y a veces tan bestia, si pudiéramos abrir la cabeza de un judío, como lo eran todos los apóstoles de Jesús, si pudiéramos separarle la tapa de los sesos y ver por un momento lo que había dentro, nos encontraríamos con una inscripción grabada. En dicha inscripción, en hebreo (por supuesto), veríamos escrito: “El Señor tu Dios es Uno.” Sin embargo, estos apóstoles judíos se encontraron con la sorpresa de que Dios había resucitado a su maestro Jesús y lo había exaltado a su derecha, con lo que el mismo monoteísmo simple y acérrimo de los judíos se ponía en entredicho o al menos había que matizarlo o profundizar más en él. Los Apóstoles sufrieron en sus mentes un cambio brutal, pero lo llevaron adelante porque no podían negar lo que ellos mismos habían experimentado. Pedro aprendió que se podía comer de todo (Act 10, 9 ss.), que todos los alimentos eran puros en realidad. Eso lo tenemos nosotros asumido y nunca nos hemos hecho problema de ello pero Pedro sí se lo hacía. Le costó admitirlo. Sabemos que en algún momento posterior cedió en este punto ante los judaizantes. Aquellos hombres tuvieron que romper muchas cosas en su mente y en su corazón ante la evidencia de la Gracia de Dios que se derramaba en los que no eran de su grupo, en aquellos de los que antes no habrían imaginado que pudieran recibirla. Y tuvieron que conceder el bautismo a aquellos que habían recibido el Espíritu Santo sin necesidad de ningún bautismo previo (Act 10, 47). Al final, la reacción justa ante esta eclosión de la Gracia, la única posible, era superar la mezquindad y entregarse a la alegría. San Pablo proclamará más tarde que cuanto mayor sea el derramamiento de la Gracia, mayor será el agradecimiento para gloria de Dios.

La Historia de la Salvación continúa. El Espíritu de Dios sigue actuando. Un movimiento suscitado por el Espíritu es el ecumenismo. Tanto las Iglesias como los creyentes individuales que se abren al ecumenismo lo hacen porque reconocen que la Gracia de Dios actúa donde antes no pensaban. Aun aquella Iglesia que piense que tiene en sí misma una plenitud de Gracia tendrá que reconocer, por mínimamente atenta que esté, que algo de la Gracia está también en otras iglesias o en otros creyentes. Cuando accede a reconocer esto, tendrá que dar gracias. Y si se acostumbra a alegrarse y a dar gracias por lo ajeno que es bueno y verdadero, igual hasta llega a darse cuenta de que en su propia casa no todo es bueno e incluso de que la propia verdad es deficiente. El que quiera evitar llegar a estas conclusiones tendrá que renunciar al ecumenismo. Para él será peligroso. Tendrá que advertirse a sí mismo y a los demás de su malignidad. Tendrá que encerrarse, para no sufrir la influencia disolvente de estos movimientos modernos, suscitados por el enemigo. Quizá no ha considerado que, de haber pensado así, con esos mismos parámetros, aquellos pescadores galileos se habrían quedado con sus redes… Y en ese caso… tampoco tendríamos hoy la molestia de tener que hablar del ecumenismo.

Gregorio. Delegado de Ecumenismo del Patriarcado de Moscú en Alicante.

lunes, 10 de octubre de 2011


La paroisse orthodoxe russe du diocèse de Chersonèse à Madrid reçoit la permis de construire une église


Le 5 octobre 2011, les autorités municipales de Madrid ont délivré le permis de construire une église orthodoxe russe dans la capitale espagnole.

La convention par laquelle les autorités municipales mettaient un terrain à la disposition de l’Église orthodoxe russe avait été signée le 9 juillet 2010. Le terrain, d’une surface de 756 m2 est situé dans un quartier prestigieux de Madrid, non loin de la station de métro Pinar del Rev.

Depuis, il avait fallu élaborer un projet architectural et régler toutes les formalités nécessaires aux travaux. Le projet sera conduit par l’architecte moscovite A. Vorontsov en collaboration avec l’architecte espagnol Jesus San Vicente. Il s’agira de la première église orthodoxe russe en pierre sur la péninsule ibérique.
Vendredi 7 Octobre 2011

L'évêque Nestor de Chersonèse a participé aux festivités du 65e anniversaire de la réouverture de l'académie de théologie de Saint-Pétersbourg


Le dimanche 9 octobre 2011, fête du saint apôtre et évangéliste Jean le Théologien, l'académie de théologie de Saint-Pétersbourg célébrait le 65e anniversaire de sa réouverture. La liturgie ce jour-là, dans l'église de l'académie, était présidée par le métropolite Vladimir de Saint-Pétersbourg.

L'évêque Nestor de Chersonèse y a participé à l'invitation du recteur de l'académie, l'évêque Ambroise de Gatchina. Plusieurs autres évêques ont pris aux festivités.

L'office était suivi d'une séance académique qui a réuni les invités de l'académie, ses enseignants et étudiants.

Quelques jours auparavant, le 5 et le 6 octobre, l'académie organisait un colloque réunissant des représentants des académies, séminaires et instituts de l'Eglise orthodoxe russe. Le recteur du Séminaire orthodoxe russe en France, le hiéromoine Alexandre Siniakov, y a participé.
Lundi 10 Octobre 2011

viernes, 7 de octubre de 2011


Le patriarche Cyrille de Moscou a reçu le nouveau nonce apostolique en Russie


Le nouveau nonce apostolique en Russie, l'archevêque Ivan Yurkovich, a été reçu le 17 juin 2011 par le patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie. Le patriarche a souligné la contribution de Mgr Yurkovich, auparavant nonce apostolique en Ukraine, dans le développement des relations entre orthodoxes et catholiques.

"Nous avons une grande estime de votre contribution à l'instauration et au développement de bonnes relations entre les confessions: c'était ainsi pendant votre activité à Moscou à une époque difficile, il en était de même en Ukraine", a affirmé le patriarche, rappelant que Mgr Yurkovich a laissé de bons souvenirs de son ministère en Russie (de 1992 à 1995 comme conseiller de la représentation du Saint-Siège à Moscou) et en Ukraine.

Le nouveau nonce a avoué, à son tour, qu'il rend grâce à Dieu de pouvoir de nouveau travailler à Moscou "dans un nouveau contexte des relations entre les Eglises".
Vendredi 17 Juin 2011